mode (et surtout beauté)

16 mai 2014

pensées ; chuis toujours vivante

Source : RealityTvGifs.

La vérité c'est que je ne me fais plus les ongles : j'ai pas le temps. J'ai plus le temps. Je récite dans ma tête la définition d'un produit cosmétique ou visualise un schéma des muscles du visage. Les examens de fin d'année, un peu comme tout le monde.

Alors je me maquille plus vraiment, j'préfère dormir. Et mes mascaras sont efficaces alors je mise sur ma bouche et découvre des rouges à lèvres dans mon propre rangement make up. Je m'habille plus trop non plus (mais je reste tout de même fidèle à moi même, talons de douze même si je tangue en rentrant le soir), je me démaquille plus parfaitement parce qu'à 22h j'suis déjà loin, et mon mascara si efficace se transforme en smocky le lendemain. J'me plains de pas avoir le temps et fait des caprices parce que je ne peux pas le voir, même un jour ferié. Parce que j'ai eu le doux malheur de tomber sur plus ambitieux que moi, et que tanpis si on se voit pas, c'est pour plus tard, pour qu'on le regrette pas.

Je m'accroche au futur. Le présent m'épuise. Tout ce qui doit aller vite prend beaucoup trop de temps, et tout ce qui devrait durer se termine vite fait. Je me découvre une patience insoupçonnée, carrément. Mais c'est rassurant de se dire que ce qu'on fait aujourd'hui paiera dès demain. Et jouissif de voir à quel point j'ai avancé. Encore plus à quel point il avance. Sa réussite est la mienne (c'est à ce moment là que vous devez verser une larme)


Chuis quand même fière, j'ai survécu à cette année. Rien de bien compliqué mais Looooord. It was tough. (Yeah) Deux semaines de vacances seulement, et ce depuis janvier 2013. La vie d'adulte, je sais pas trop. J'me sens pas encore finie, en fait. C'est normal, un peu. Mais c'est surtout angoissant. J'essaie de me définir par rapport à ce que je serai, à la personne que je deviendrai. Styliste personnelle, gérante d'un concept store, écrivaine ou rédactrice, experte en skincare, épouse, maman. Ca existe ?

J'ai même l'impression d'avoir besoin d'une assistante. Pour de vrai. Des trucs à aller faire photocopier, des lettres à envoyer, des allers retours à la banque, des rendez vous à prendre. Du taff à trouver. J'fais que ça, je pense travail, je pense argent, je pense futur. Si bien que j'en suis fatiguée. Courrir pour vendre du L'Oréal, du Diadermine, distribuer des flyers au pire, faire du domicile pour rendre les gens bien dans leur peau ou quelques heures à sourire et guider au sein d'une belle équipe, perchée sur des shoes trop hautes.

Je m'accroche à cet été. En fin un peu de calme. Du travail, encore et toujours. Plus que d'habitude, tant qu'à faire. Mais l'esprit plus léger. Une pensée aux ambitieux, à ceux qui font des sous, surtout. Et congrulations to me, parce que ça fait deux mois que je peux payer de nouveau ma Navigo moi même. La faute aux factures, ces p*tes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...